La température

Une fois votre bac à compost rempli, l’intense activité microbienne provoque une forte augmentation de température. Cette dernière peut atteindre, les premiers jours, 55 à 60° C ou mêmedavantage ;aprèsune semaine elle redescend progressivement.

En cas de forte élévation de température, il faudra vérifier l’humidité du tas ; il pourra s’avérer nécessaire de l’arroser abondamment. Une forte élévation de température peut aussi avoir pour origine un excès d’oxygène dans le tas. Dans ce cas, on le tassera immédiatement et on mettra une couche plus épaisse du matériau de couverture.

Dans les composts de jardin, le tas pourra mettre plus de temps à s’échauffer. La cause peut être un excès de terre combiné à la présence de grandes quantités de matières ligneuses, riches en carbone. Il faut alors ajouter des matières riches en azote, un fertilisant animal oudes activateurs de compost.

La teneur en eau

Une teneur en eau minimum permet d’assurer les meilleures conditions de développement aux êtres vivants qui assurent la décomposition de votre compost. Si la teneur en eau est trop élevée, l’oxygène, élément indispensable à une fermentation aérobie, est chassé et la décomposition devient anaérobie (sans air). La formation d’humus est alors impossible. A l’inverse, si l’humidité est trop faible, les bactéries meurent. Comment reconnaître les bonnes conditions d’humidité corriger ces erreurs, ou, en d’autres ter­mes, comment éviter dès le départ un excès d’humidité ou de sécheresse ?

La sécheresse excessive à l’intérieur du tas se remarque par l’apparition de moisissures grises dans la couche proche dela surface. Ilfaudra humidifier le tas en le retournant plutôt que l’arroser de haut en bas.

L’excès d’humidité se traduit par une zone noire ou malodorante au cœur du tas. Retournez votre tas en apportant des matériaux secs.

L’oxygène

Les processus de décomposition doivent être contrôlés et aérobies, c’est-à -dire se dérouler en présence d’air.

Utiliser votre odorat pour vérifier le processus de décomposition. Les substances malodorantes ne doivent pas apparaître, car elles ne conviennent ni aux êtres vivants, ni à l’amélioration du sol, la plupart des parasites prospérant dans un tel milieu.

Conseils pratiques :

Utilisez des déchets assez volumineux qui permettront à l’aire de circuler dans votre tas. Apportez des matières sèches : sciure, paille… Les déchets d’un même type (feuilles, gazon…) ne doivent jamais être disposés en couches, mais être intimement mélangés avec les autres matières premières. Vous pouvez aussi introduire un tuyau de drainage dont vous boucherez les extrémités en été afin d’éviter un dessèchement du cœur de votre compost. .